Final Fantasy X/X-2 HD Remaster : l’Artbook de la honte

CoverPetit article coup de gueule aujourd’hui, qui revient sur une pratique de plus en plus courante lorsqu’un éditeur propose une édition limitée d’un jeu. Comme en ce moment, je joue de manière intensive à Final Fantasy X HD (une critique surviendra lorsque je l’aurai bien essoré), j’ai décidé de revenir sur « l’artbook » offert avec l’édition limitée du jeu. Le livret en question contient 48 pages proposant des illustrations de Final Fantasy X et de Final Fantasy X-2. Et le gros problème apparaît déjà. Comment rendre compte de la diversité de la direction artistique des deux jeux en si peu de pages ? Que l’on aime ou non l’univers de Final Fantasy X, on ne peut nier que les lieux visités, les personnages rencontrés, tous ont de la personnalité. Je n’ai jamais touché au X-2 mais de ce qu’on peut en voir dans le livret, il semble que seules onze pages soient consacrées à cet opus…

Passé ce premier constat, en ouvrant l’ouvrage, on peut lire quelques lignes venant de Yoshinori Kitase, qui a participé à la production des deux jeux. On entre immédiatement dans le vif du sujet avec des illustrations en vrac, on alterne entre quelques décors, des chimères (toutes sauf les Magus) et des monstres (quelques monstres impressionnants et quelques boss). Certaines images sont commentées par Yusuke Naora, Isamu Kamokokuryo ou encore Toshitaka Matsuda. Tetsuya Nomura, le chara designer phare ne commente que les illustrations concernant Tidus et Yuna, au nombre de deux, les seules représentant les personnages principaux de FF X. Auron, Lulu ou encore Kimahri ? Rien du tout. Et FF X-2 dans tout ça ? Aucun personnage, pas même un inédit. Même le guide de Bradygames propose plus d’illustrations sur les personnages que « l’artbook » ! On regrettera aussi qu’il n’y ait aucune illustration d’Amano.

Valefore

Et le plus surprenant dans tout ça, c’est que l’on retrouve huit pages consacrées au Blitzball, le sport pratiqué sur Spira. Huit pages où on nous présente les emblèmes des différentes équipes et trois ballons. Huit pages inutiles, quand ils auraient pu très bien réduire la taille des emblèmes pour en mettre trois à quatre par pages plutôt qu’un ou deux. Cet « artbook » est une véritable déception, et c’est d’autant plus dommage que toutes les illustrations proposées sont agréables à regarder. Et au-delà de la pauvreté de son contenu, c’est toute l’organisation du livret qui est discutable. Il n’y a aucune cohérence, on nous balance les illustrations comme ça, de manière complètement anarchique… Un coup commentées, l’autre non.

On pourra me trouver dur dans mes propos, ce que je peux comprendre. C’est vrai qu’il ne s’agit pas d’un jeu inédit, que l’édition limitée proposant l’artbook n’était que cinq euros plus chère que l’édition normale, que c’est toujours mieux que de ne rien avoir. Et pour toutes ces raisons, effectivement, je reconnais en faire un peu trop, mais non. Ca n’excuse pas tout. Prenons un exemple : Okami HD. A l’image de FFX/X-2, il s’agit d’une réédition. Pour les pays asiatiques qui ont bénéficié de la sortie du jeu en boîte (que j’ai importé), à l’intérieur se trouve un code permettant de télécharger un artbook digital du jeu, un artbook sympathique, même s’il ne rivalisera jamais avec la version papier. Square-Enix aurait par exemple pu proposer la même chose pour les deux jeux.

Selenos

Au final, « l’artbook » de Final Fantasy X/X-2 HD Remaster ne justifie en rien l’achat de l’édition limitée, même pour un fan de la série. Il faut que les éditeurs cessent de mentir sur le contenu de leurs éditions limitées. Cet ouvrage n’est pas un artbook, mais plus un extrait d’artbook ou bien une sélection d’illustrations. Si vous recherchez des artworks du jeu, je vous renvoie à l’excellent site ffworld.com qui a le mérite de proposer des illustrations qu’il est possible de retrouver dans « l’artbook » mais aussi d’autres qui n’y sont pas (persos, décors, bestiaire, etc.). Comme d’habitude, je conclus l’article avec quelques illustrations, dont quelques-unes inédites, absentes de l’ouvrage (les trois premières).

Publicités
Cet article, publié dans Jeux lis, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Final Fantasy X/X-2 HD Remaster : l’Artbook de la honte

  1. Koreana_ dit :

    Spira est un monde magnifique, diversifié et en même temps cohérent. Oh et un conseil, je vois que tu as toujours la chance de ne pas avoir toucher au second épisode, continue comme ça, il flingue tout ce que le dixième épisode a réussi à faire.

    • C’est pour ça que je regrette finalement que le contenu de cet extrait d’artbook soit aussi pauvre et mal foutu, je ne suis même pas sûr qu’il existe d’ouvrage spécial sorti à l’occasion et vraiment complet pour le coup (un peu comme ce qu’ils ont fait avec Bioshock Infinite).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s