Bioshock Infinite : Wounded Knee, l’Alpha et l’Oméga

Woundedknee1891

Bioshock Infinite a bouleversé de nombreux joueurs, ce n’est pas pour rien si de nombreux articles surgissent sur la toile afin d’apporter une réflexion, une théorie, un secret, et j’en passe. Je ne vais pas faire dans l’originalité puisqu’il s’agit ENCORE d’un article de ce genre. Là où je vais essayer de me démarquer, c’est en analysant certains points du jeu, ayant tous un thème commun : l’Histoire, la vraie, celle que j’ai étudiée pendant des années à la fac. Cet article a pour but de définir un événement historique dont il est question dans le jeu, d’aller au-delà de ce qui nous est présenté afin d’en saisir la portée et dans le jeu, et dans l’Histoire. Attention, il y a des Spoils everywhere.

Pour ceux qui ont joué à Bioshock Infinite, vous devez sans doute savoir l’importance de la bataille de Wounded Knee, à la fin du XIXe siècle dans l’univers de Columbia pour les personnages de Booker, de Comstock et de Cornélius Slate. C’est l’événement qui, par sa force, sa violence, a entraîné la naissance de la cité de Columbia. Durant, le jeu, nous apprenons qu’il s’agit avant tout d’un massacre perpétré par l’armée américaine contre des Amérindiens, qui a profondément marqué Booker et Slate, l’un en l’occultant de sa mémoire, l’autre subissant un trouble de stress post-traumatique, tandis que Comstock se sert de cet événement afin de glorifier sa personne, de mettre en scène ses faits d’armes dans l’Antre des Héros. Pour comprendre en quoi cet événement est marquant, tant pour les personnages de Bioshock Infinite que pour l’ensemble des Etats-Unis, il convient de le replacer dans son contexte historique.

WK_00

Wounded Knee est une localité située dans la partie occidentale Dakota du Sud. Sa localisation est importante car en 1868, le Traité de Fort Lamarie, signé entre le gouvernement des Etats-Unis et le peuple indien Lakota garantissait l’appartenance par les Amérindiens de régions du Dakota du sud, notamment la région des Black Hills (une terre sacrée des Sioux). Cependant, il s’avère que ce traité n’a jamais été respecté. En effet, à partir de 1874, la presse annonce qu’une expédition militaire effectuée dans les Black Hills a découvert de l’or, ce qui va attirer des mineurs, des explorateurs, illégalement sur les terres indiennes, ce qui s’acheva par une saisie des terres par le gouvernement des Etats-Unis en 1877, violant ce qu’il restait du traité déjà largement souillé.

Devant cette détresse, les Amérindiens se sont tournés vers un homme, Jack Wilson, un chef religieux indien, connu sous les noms de Wovoka ou de « Prophète » (tiens, tiens), qui se présente en 1890, comme étant le messie de son peuple. Par ailleurs, ce même personnage fait de nombreuses prédictions (re-tiens, tiens) sur la disparition des hommes blancs, mais aussi sur la résurrection des morts indiens. Afin d’accélérer ce processus, il créé un mouvement spirituel : la « Ghost Dance » (si si, c’est vrai) et invite ses disciples à la pratiquer avec ferveur. Cette danse se propage très rapidement auprès des Amérindiens, et commence à inquiéter les autorités et les colons. La presse locale parle d’Amérindiens qui deviennent fous, d’autres considèrent cette danse comme une déclaration de guerre et réclament une surveillance militaire.

WK_01

Cette surveillance ne se fait pas sans heurts, par exemple le chef Sioux Sitting Bull (qui s’est distingué pendant les guerres indiennes, dont la bataille du Little Big Horn en 1876) est fusillé le 15 décembre 1890. La plupart des membres de son village se réfugie auprès de Big Foot, un autre chef Sioux et tout ce groupe décide de fuir afin de rejoindre une autre tribu Sioux. Son arrestation est ordonnée et le 28 décembre 1890, tout le groupe est intercepté par 200 hommes de la 7e Cavalerie [dont font partie Booker/Comstock et Slate], une cavalerie décimée lors de la bataille du Little Big Horn. Big Foot, alors malade, tout le monde est transféré vers le camp militaire de la 7e Cavalerie à Wounded Knee Creek (une rivière qui donnera son nom à la localité). Ignorant les véritables intentions des Amérindiens, la 7e Cavalerie reçoit l’ordre de procéder à un désarmement complet du clan de Big Foot avant de les transférer vers le Nebraska. Le matin du 29 décembre 1890, le désarmement est ordonné et les soldats n’hésitent pas à fouiller les tentes des nouveaux captifs qui commencent à protester. Un coup de feu part, une fusillade éclate, on estime aujourd’hui le nombre de victimes amérindiennes à 300/350 (dont Big Foot), parmi lesquelles des hommes, des femmes et des enfants.

Le colonel Forsyth, qui a ordonné le désarmement, est dans un premier temps relevé de son commandement, avant d’être réintégré. Une enquête menée pour déterminer ce qu’il s’est déroulé durant ce massacre  juge que la plupart des soldats ont essayé d’éviter de tuer des innocents. Des médailles d’honneur sont décernées à une vingtaine de soldats qui se sont distingués durant ce massacre [si l’on suit un des voxophones de l’Antre des Héros, Booker devrait en avoir reçue une]. Seul le général Nelson Miles a des soupçons, il critique ouvertement les décisions de Forsyth et n’hésite pas à envisager que Wounded Knee soit un massacre délibéré. On considère généralement Wounded Knee comme étant l’événement qui a mis fin aux guerres indiennes. Et c’est donc de cet événement que débute la trame principale de Bioshock Infinite.

WK_02

En voyant l’événement comme tel, on ne peut que comprendre le fait que des soldats comme Booker ou comme Slate vont finir traumatisés. Comstock, quant à lui, semble avoir pris du plaisir lors de ce massacre, qu’il n’hésite donc pas à mettre en scène dans l’Antre des Héros. C’est d’ailleurs assez surprenant de voir comment il se sert d’un événement qui fait partie des heures les plus sombres de l’histoire américaine, comment il parvient à le glorifier pour justifier son statut, son idéologie, mais surtout pour obtenir l’adhésion de l’ensemble des citoyens de  Columbia. Ainsi, dans l’Antre des Héros, Comstock présente Wounded Knee comme une bataille, dans laquelle les soldats de la 7e Cavalerie ont combattu des Amérindiens violents, représentés dans des positions guerrières, qui n’hésitent pas à prendre des femmes en otage.

Pourtant, il est assez intéressant de voir que Comstock, finalement, s’inspire énormément du véritable Prophète, celui qui a créé le mouvement de la Ghost Dance et qui a conduit au massacre. En effet, Comstock créé un mouvement spirituel qui mélange patriotisme et religion, il se sert de prédications et s’autoproclame prophète. La question qui se pose est pourquoi Booker a-t-il agit de manière ultraviolente durant ce massacre ? Deux voxophones dans le jeu pourraient répondre à cette question. Dans l’ordre du jeu, le premier, de Slate nous dit ceci :

La Mort d’un Soldat : « (…) Booker DeWitt approche de l’Antre. DeWitt… On l’appelait le peau-rouge blanc de Wounded Knee, à cause de toutes les atrocités qu’il avait commises (…). »

Le peau-rouge blanc ? Hum… Intéressant, voici le second voxophone par Comstock que l’on découvre beaucoup plus tard dans le jeu :

Ma vraie couleur de peau : « Devant tout le monde, le sergent m’avait regardé et m’avait dit : « Il doit y avoir quelques tipis dans ton arbre généalogique, hein ? » Ce mensonge, cette calomnie, m’a poursuivi toute ma vie. Depuis ce jour, plus personne ne m’a traité en camarade. Quand j’ai fait flamber ces tipis avec les squaws à l’intérieur, alors ils m’ont vu comme un des leurs (…). »

WK_03

Bon alors là, c’est de la grosse interprétation et rien n’indique que j’ai raison, mais j’ai pu retrouver les mêmes théories sur des sites anglo-saxons. Je pense que Booker DeWitt a du sang Amérindien dans les veines. En intégrant la 7e Cavalerie, un supérieur lui aurait fait la remarque en observant sa couleur de peau. A partir de ce moment, ses compagnons de cavalerie ne l’ont plus vu comme un des leurs. Comment un « peau-rouge » pourrait faire partie de la cavalerie qui a été décimée par des peaux-rouges 14 ans auparavant ? Il n’a pu se faire accepter qu’en faisant preuve de « zèle » durant le massacre de Wounded Knee. Être le plus cruel possible pour être finalement intégré. Ce serait la raison pour laquelle à partir de ce moment, Slate, qui l’a côtoyé, le surnomme le « peau-rouge blanc ». Le fait qu’il le nie dans le second voxophone pourrait s’expliquer par son baptême à la suite du massacre dans une réalité alternative. En effaçant ses pêchés, il efface en même temps son passé, de manière à renaître sous une nouvelle identité, celle de Comstock. Il ne peut, en effet, prétendre à des origines qu’il condamne. Il déteste tellement ses origines que l’on apprend qu’à Columbia, les couples interraciaux sont interdits. D’ailleurs, le couple que l’on rencontre au début du jeu pourrait renvoyer aux véritables parents de Booker. Dans l’autre réalité, Booker est pris de remords et ne parvient pas à se pardonner à lui-même les crimes qu’il a commis et préfèrera les dissimuler en refusant le baptême.

Si le titre de mon article mentionne cet événement comme étant « l’alpha et l’oméga », il semble donc que j’ai expliqué pourquoi il est l’alpha. Pour le second, on peut considérer que l’issue de la partie montre que le massacre de Wounded Knee met aussi un terme à Bioshock Infinite. En effet, la scène finale du jeu (pas celle après le générique) se déroule après le massacre de Wounded Knee. Ainsi, on peut voir à quel point cet événement est majeur, crucial dans la compréhension de l’histoire de Bioshock Infinite.

Publicités
Cet article a été publié dans Jeux réfléchis. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Bioshock Infinite : Wounded Knee, l’Alpha et l’Oméga

  1. El-Koala dit :

    C’est très intéressant comme article, d’autant que l’Histoire des Etats-Unis m’a toujours intéressé. C’est ta spécialité ?

    • En 3e année de fac, j’ai pas mal étudié l’histoire des Etats-Unis, mais je suis davantage spécialisé dans l’histoire du cinéma, plus précisément sur les actualités cinématographiques françaises durant la Seconde Guerre Mondiale ^^

  2. Kurokami dit :

    Je me décide enfin à me promener sur ton nouveau blog, et que vois-je ? Un article sur BioShock Infinite !
    Je viens de le lire et il est très intéressant (j’apprends au passage – à moins que je ne l’ai oublié – que tu as fait des études d’histoire comme moi, tu les as faites où ?).

    Ton analyse est très intéressante et elle rejoint la mienne, j’ai par ailleurs fait un exposé sur cette bataille il y a bien longtemps quand j’étais encore en 5e pour les IDD (Itinéraires de découvertes) en anglais. On avait fait pas mal de recherches sur le sujet avec un pote et on avait appris énormément de choses intéressantes. C’était l’époque où l’histoire américaine m’intéressait grandement. J’ai d’ailleurs revu cette bataille en cours, dans le cadre d’un séminaire qui évoquait la question des massacres.

    Enfin bref, revenons-en au sujet qui nous intéresse. Comme je l’ai dit plus haut, je fais la même analyse de l’événement et de son utilisation dans le jeu. Je trouve l’expression « l’alpha et l’oméga » très bien pensée. Wounded Knee étant le point de départ pour la naissance de Columbia et celle de l’idéologie de Comstock. Tout en étant la fin du jeu (cf la scène finale). Je dirais même qu’elle signe la mort de l’homme Booker DeWitt. Il a été profondément marqué par ce qu’il a commis lors de cette « bataille » et s’est laissé vivre tout en sombrant dans l’alcoolisme (la perte de sa femme et de sa fille n’aidant pas). En gros, le Booker qu’on découvre au début du jeu n’est qu’une sorte de « mort-vivant » pour moi, il n’a aucune volonté réelle de vivre, mais il ne cherche pas pour autant à se laisser éliminer par ceux auprès de qui il a contracté des dettes. L’homme Comstock nait officiellement après son baptême, mais pour moi DeWitt est officieusement mort bien avant.

    Mais bon, ce n’est qu’un ressenti personnel, sachant que je n’ai officiellement pas vu la fin ^^. J’ai lâché ma partie à la toute fin, quand on doit protéger le dirigeable et j’ai regardé la fin sur Youtube à la place 😛

    • J’ai fait mes études sur Caen et toi ? 🙂

      Pour en revenir à ça oui, en effet, je te rejoins sur Booker, mais je pense qu’il y a aussi pas mal à dire sur son rôle au sein de l’agence Pinkerton, on peut imaginer qu’il a pu participer aux événements de la grèves de Homestead en 1892 et que son caractère violent a conduit à son renvoi et à son alcoolisme. Je pense que DeWitt devient véritablement un « mort-vivant » quand il va « donner » Anna, le fait que sa femme soit morte et qu’il ait perdu sa fille font alors de lui l’épave récupéré par les Lutèce.

      Le passage en dirigeable est une vraie purge si tu ne prépares pas un minimum les assauts, mais avec le pouvoir d’expulsion, c’est un peu plus gérable 🙂

  3. Kurokami dit :

    A Poitiers pendant 4 ans avant de partir faire un M2 pro à Angers :). J’étais plus spécialisé dans l’histoire politique de la fin du XIXe, même si j’aimais à peu près tout sauf l’histoire économique xD.

    Oui, j’avais oublié ces événements là. Ils ont tous contribué à faire de DeWitt l’homme qu’il allait devenir.

    Pour en revenir au passage final, c’est une purge en effet. Je suis pas habitué aux FPS donc j’ai mis le jeu en facile (je sais c’est nul ^^), j’ai eu des moments tendus mais je suis jamais mort en combat … jusqu’à la fin. Il faudrait que je relance le jeu et me réhabitue en refaisant d’autres niveaux avant de tenter le grand final. Je gaspillais bêtement mes munitions (en même temps, si mes souvenirs sont bons, il m’en restait plus des masses et les armes que j’avais choisi n’étaient pas forcément adaptées à la situation) ainsi que ma jauge d’utilisation des Toniques. Je vais mater des vidéos de walkthrough et en couplant avec le guide ainsi que les conseils avisés de ceux qui ont fini le jeu (notamment un pote qui l’a platiné ce fou), je vais retenter ma chance pour le finir pour de bon, car ça serait dommage de s’arrêter juste avant la fin ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s