The Adventures of Batman and Robin : la Megadrive est à genoux !

CoverEn général, quand on parle des adaptations vidéoludiques de la série animée Batman de 1992, on pense tout de suite à la version Super nintendo réalisée par Konami. Un bon petit jeu d’action/aventure, très bien réalisé, très respectueux de la série animée. Pour autant, le gros défaut de ce jeu est l’impossibilité de jouer à deux en coopération. Chose qui sera corrigée avec la version dont je vais vous parler à présent, la version Megadrive, sortie en 1995 et développée par Clockworks entertainment. Comme pour beaucoup de séries (les films Batman, Dragon Ball, Aladdin, etc.), les versions Snes et Megadrive sont différentes. Ici, point d’action/aventure comme sur la console de Nintendo, on se rapproche davantage d’un rail shooter/beat’em all, proche d’un Gunstar Heroes, sorti sur la même console.

L’histoire n’a que peu d’importance et sert surtout à Batman et/ou Robin d’affronter des vagues successives d’ennemis jusqu’aux différents boss. Mr Freeze a mis au point un canon à neige gigantesque et cherche à transformer Gotham en un endroit plus frais, beaucoup plus frais. Pour l’aider, notamment à faire ralentir Batman, il a fait libérer d’Arkham trois autres super-vilains : le Joker (accompagné d’Harley Quinn), le Chapelier Fou et Double Face. Et voilà… C’est à peu près tout ce que vous avez à savoir de l’histoire. Un petit détour dans les options pour se mettre le maximum de vies et de continues (oh que oui), on choisit son personnage, tout en jouant à pile ou face avec un pote (quasi indispensable pour jouer avec plus de confort) pour savoir qui aura Batman et qui jouera Robin et c’est parti pour un des jeux les plus durs auquel j’ai pu jouer.

B&R_01

En effet, dès le premier niveau (découpé en plusieurs segments), la facilité à laquelle on perd toutes ses vies est impressionnante. Comme si Contra et Metal Slug s’étaient donnés rendez-vous à Gotham. Après plusieurs essais, on arrive enfin à un demi-boss et hop, on perd toutes ses vies… Et ce sera comme ça jusqu’à ce que le niveau soit connu sur le bout des doigts ! Alors si on peut pester face au faible nombre de niveau, à mon avis, vous allez mettre du temps avant d’en voir le bout.

Graphiquement c’est très beau, on se croirait dans un épisode de la série animée, mais en accéléré, ça va vite, très vite, la console est poussée dans ses derniers retranchements. D’ailleurs, ne comptez pas y jouer sur un clone de la Megadrive (je pense aux consoles H&B) car il se pourra qu’en plein milieu de partie, le jouet se mette à redémarrer subitement (true story). Il y a de jolis effets de distorsion, de zoom, qui montrent que finalement, la console de Sega, hormis tout ce qui concerne le son, pouvait rivaliser sur de nombreux plans face à la Snes. Les sprites sont très bien animés, les boss gigantesques, non là-dessus, il n’y a rien à redire. Peut-être quelques ralentissements, mais rien de gênants, quand on voit tout ce qui s’affiche à l’écran, notamment en coop. Chaque début de niveau débute par un écran titre rendant hommage aux écrans titres de chaque épisode du dessin animé, sans les égaler, cela va de soi.

B&R_02

Afin de progresser, dans chaque niveau, on peut retrouver des power-up qui changent de couleurs. La couleur définit quelle type d’arme de jet les deux héros pourront utiliser. Il est conseillé de se concentré sur une couleur afin d’upgrader son arme (jusqu’à 7 niveaux). Chaque vie perdue fait baisser de 3 crans son niveau d’arme. Ainsi Batman et Robin frappent au corps à corps, tirent à distance, ils peuvent sauter, s’accrocher, etc. En plus de ces phases d’action, il en existe d’autres en véhicule, se rapprochant davantage du Shmup. Malheureusement, ces phases sont les moins intéressantes du jeu.

Si j’ai mentionné sa difficulté comme pouvant être un défaut (selon le joueur), le plus gros défaut pour moi est la bande son, tout simplement inappropriée pour un jeu Batman. Si les musiques de la version Snes reprennent les thèmes de la série animée, ici, on se retrouve avec un espèce de trip techno, bien pour un jeu d’action, mais pas pour un jeu Batman. Bref, je n’ai pas aimé. Les sons, quant à eux, sont classiques d’un jeu de ce type. Bon et puis pour ceux qui trouvent la difficulté trop élevée, il y a toujours la possibilité de recourir aux mots de passe :

Pour sauter le niveau en cours, il suffit d’appuyer sur pause puis sur B – A – bas – B – A – bas – gauche – haut – C.

B&R_03

En définitive, nous avons là un jeu sympathique, une belle alternative au jeu Snes, très joli, très jouable, mais aussi très dur. Son principal atout reste son mode coopératif, bien mieux que celui de l’immonde Batman Forever sorti la même année. A jouer pour les fanas de rétrogaming, de Batman et surtout de challenge. Le jeu reste cependant assez rare, surtout à un prix décent (tout comme son homologue Snes).

Publicités
Cet article, publié dans Jeux critique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour The Adventures of Batman and Robin : la Megadrive est à genoux !

  1. El-Koala dit :

    Donc du coup, la version SNES serait meilleure que celle de la Megadrive ? Ça m’a donné envie d’y jouer en tous cas, rien que pour essayer. 🙂

    • Les deux versions sont très différentes, je pense qu’en termes de fidélité, la version Snes est plus proche du dessin animé (d’ailleurs, un niveau du jeu n’est franchissable que si on a vu le dessin animé :3), en revanche, pour bcp de fun et la coop, celui-ci vaut amplement qu’on s’y attarde 🙂

  2. supermagicpie dit :

    Raaah j’ai envie d’y jouer du coup ! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s