Kingdom Hearts Final Mix HD : Disney x Final Fantasy

CoverHello à tous, aujourd’hui je vais vous parler d’un jeu mais pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de Kingdom Hearts Final Mix HD, développé et édité par Square Enix sur PS3 le 13 septembre 2013 au sein d’une compilation réunissant l’épisode que je viens de citer, Chain of Memories (sous la forme remake HD d’un remake PS2 d’un jeu GBA) et l’intégralité des cinématiques de 358/2 Days, l’épisode sorti sur la DS. Je vais me concentrer davantage sur le premier Kingdom Hearts, puisque je viens de le terminer. Pour la petite histoire, j’ai commencé la saga avec Kingdom Hearts 2 (puis plus tard avec Birth by Sleep) à sa sortie en 2006, j’avais lu à l’époque des résumés concernant le premier opus pour ne pas être trop largué (surtout qu’il était à ce moment-là difficilement trouvable dans ma ville à un prix correct). Par conséquent, même si je connaissais alors les grosses lignes du scénario de Kingdom Hearts, je n’y avais jamais joué, ce n’est que l’année dernière, lorsque j’ai reçu cette compilation en cadeau, que j’ai enfin pu m’y frotter. L’instant autobiographique terminé, je vais donc vous parler de mon expérience sur ce jeu, tout en prenant en compte qu’il s’agit d’un portage d’un jeu sorti à l’origine en 2002, donc qui a forcément vieilli sur quelques-uns de ses aspects aujourd’hui, mais promis, je serai indulgent.

Kingdom Hearts propose un concept tout à fait original : croiser les univers de Dinsey à celui de Final Fantasy. Enfin, plus du Disney que du Final Fantasy, dans la mesure où le second assure un certain fan-service et a permis à Square d’éviter de créer trop de nouveaux personnages. Le fan-service est plutôt maîtrisé (l’utilisation de personnages tels que Aeris, Cid ou même Tidus n’est pas trop hors-sujet, même le passage de Squall à Léon est plutôt sympa), par rapport à certaines productions récentes de Square Enix et ajoute solides bases sur tout ce qui constituera l’aspect RPG du jeu. S’agissant de l’univers de Dinsey, force est de constater que le pari de départ était osé, mais que le résultat final claque. Les différents mondes choisis rappelleront quelques souvenirs nostalgiques à de nombreux joueurs qui, comme moi, ont été nourris par les VHS des différents Disney. Se balader dans le monde d’Aladdin, d’Hercules ou encore de Peter Pan a son petit effet. Néanmoins, Square Enix ne s’arrête pas à de la réutilisation et apporte son petit lot de nouveautés, à commencer par son héros : Sora qui, à l’aide de Donald et de Dingo, vont partir explorer les mondes cités, à la recherche de Kairi, de Riku, des amis d’enfance de Sora et du roi Mickey. L’histoire est plutôt simple et se suit sans trop de problèmes, quelques rebondissements sont à prévoir, mais dans l’ensemble, tout va bien. Après, je dois reconnaître que la mise en scène est parfois pauvre, mais comme beaucoup de jeu de l’époque. Je veux dire par là que certaines scènes auraient gagné à être plus dynamiques.

KH_01

Graphiquement, le jeu est agréable à regarder, le portage est de bonne qualité, tous les personnages sont vraiment bien modélisés et animés. Les personnages Disney ont reçu une attention particulière, aucun aspect de leur personnalité n’a été trahi. On retrouve Dingo et sa marche « gracieuse », Donald et son côté râleur, Tarzan et sa démarche primate, etc. Pour ce qui est des décors, je serai plus critique, certains se visitent avec plaisir, je pense à la ville de Traverse ou Agrabah par exemple, tandis que d’autres sont atrocement vides, le bateau pirate du Pays Imaginaire en est l’exemple le plus frappant. De même, hors la ville de Traverse, les décors manquent cruellement de vie. Vous me direz que c’est normal vu que l’on y affronte des Sans Cœurs la plupart du temps. Oui, mais à Traverse aussi, et ça ne nous empêche pas de croiser du monde et de discuter. Ce choix fait que l’on a l’impression de parcourir que des arènes, prétexte à de nombreux allers-retours. Pour en revenir aux Sans cœurs, ces derniers sont variés, chaque monde présente sa catégorie, avec parfois quelques redites, mais rien de gênants. Les boss, quant à eux sont assez imposants (Ursula ou Cerbère par exemple) et respectent ce que j’ai pu dire à propos des personnages un peu plus haut. Enfin, une mention spéciale pour les cinématiques en images de synthèse qui, encore aujourd’hui, sont magnifiques à regarder.

Le gameplay de Kingdom Hearts mixe A-RPG et plate-forme 3D. L’aspect A-RPG est assez bien maîtrisé, l’évolution du personnage permet d’améliorer sa possibilité de faire des combos, le système de lock permet de toujours garder en vue un ennemi, le tout agrémenté d’autres éléments récurrents des Final Fantasy avec des magies brasier, glacier, foudre, soin, etc. ainsi que les éternelles invocations, prenant ici la forme de personnages Disney (Simba, la fée Clochette ou le Génie). La prise en main n’est pas trop mal, même si parfois, on peut noter quelques problèmes de caméra, surtout dans les lieux étroits. L’IA des alliés est particulière… Même si elle est paramétrable, les ordres donnés ne sont pas toujours respectés… Evitez de leur confier des objets de soin quand ce n’est pas nécessaire, car ils vont les utiliser à tort et à travers. Pour l’aspect plate-forme, je l’ai trouvé assez moyen, entre les moments où on parvient à s’accrocher aux rebords et d’autres non, les niveaux construits sur plusieurs étages et les combats pouvant parfois nous faire tomber pour nous encourager à retenter l’ascension, sans oublier les plateformes atteignables au pixel près et certains passages peuvent s’avérer vraiment éprouvants. C’est dommage parce que cela gâche quelques parties du jeu (Monstro par exemple ou un mini-jeu faisant intervenir Winnie l’ourson). Heureusement que l’on débloque de nouvelles capacités au fur et à mesure de l’aventure nous permettant de planer ou de faire des sauts plus élevés. Après, oui le jeu est sorti en 2002 et depuis, on a fait beaucoup mieux, mais apparemment, le postulat de départ était de créer un jeu de plate-forme proche d’un Mario 64, sorti en 1997 hein.

KH_02 Au niveau sonore, on retrouve de jolis thèmes de manière générale, il m’arrive encore parfois de fredonner le thème de la ville de Traverse :3. Il est cependant dommage que peu de thèmes Disney soient utilisés, je n’ai reconnu que la musique Sous l’océan dans le monde de la Petite Sirène. Même remixées, ça aurait pu apporter une valeur ajoutée pour les fans des musiques de Disney (et ça existe !). Les musiques des combats dynamisent les thèmes de chaque monde, ce qui n’est pas un mal et une musique reprise de Final Fantasy VII fait plaisir à entendre quand elle intervient. Les doublages en VO sont convaincants, même si on peut regretter l’absence de la VF comme c’était apparemment le cas sur la version originale (en tout cas, sur Kingdom Hearts 2, ça l’était). Après, ça ne m’a pas gêner, mais je peux concevoir que quand on a été habitué à la voix de Richard Darbois pour le Génie par exemple, entendre une nouvelle voix en VO fait bizarre dans un premier temps. Mais on notera quand même que le jeu possède un sacré voice cast en VO avec du Haley Joel Osment, Hayden Panettiere, David Boreanaz, Mandy Moore ou encore Sean Astin.

La durée de vie est conséquente, il m’a fallu environ 25 heures de jeu pour arriver au générique de fin sans avoir tout fait. Le challenge est parfois relevé, on peut passer de niveaux assez faciles à d’autres passages très ardus. Je prends pour exemple les cas d’Ursula ou de la seconde forme de Maléfique et j’en ai pas mal bavé alors que j’avais un niveau et un équipement tout à fait correct. De même, si on fait les derniers combats du jeu n’importe comment, on se retrouve rapidement devant l’écran de Game Over. Rien d’insurmontable, mais parfois très frustrant, surtout à l’approche de la fin d’un boss et qu’à cause d’une mauvaise manip’, on se fait quasiment one-shot. Mention spécial au boss final qui dure très longtemps et contre lequel on alterne des phases où on combat en groupe et d’autres, tout seul. Ces derniers donneront d’ailleurs quelques sueurs froides. Il est possible de faire en parallèle à l’aventure des mini-jeux ou quêtes annexes (la collecte des 101 dalmatiens, les différentes coupes du Colisée, la recherche de boss cachés, etc.),  la plupart se faisant sans difficulté, à l’exception des missions à réaliser à bord du vaisseau Gummi. Le vaisseau Gummi est un passage obligatoire quand on se rend dans un monde pour la première fois. On se retrouve à bord d’un vaisseau assez moche pour une phase de shmup qui l’est tout autant. Heureusement qu’à partir d’un moment, ces passages peuvent être sautés, parce qu’ils ne sont jamais amusants. L’outil de customisation du vaisseau avec des pièces trouvées durant ces phases est très mal expliqué. Non, vraiment, ces phases sont à oublier.

KH_03

Au final, Kingdom Hearts s’avère être une aventure plaisante, qui subit malgré tout le poids de l’âge. Une jolie aventure, touchante par moment, loin d’être aussi puérile ou sans profondeur comme certains joueurs réfractaires au concept ont pu le souligner. Il manque peut-être ce côté épique à l’aventure, ce qui arrivera surtout avec Kingdom Hearts 2. Il me tarde maintenant de refaire ce second opus en fin d’année (avec Birth by Sleep que je considère encore aujourd’hui comme mon épisode préféré). Il demeure dommage que Square Enix n’ait pas osé sortir la compilation sur Vita, surtout que la console doit en être capable (elle a déjà réussi à faire tourner FFX et X-2 et pas mal de jeux PS2). Si vous voulez explorer un peu plus l’univers de Kingdom Hearts, il s’avère que l’épisode du Fond de l’Affaire de cette semaine disponible sur jeuxvideo.com est consacré à cet opus (ce qui est un pur hasard, puisque j’ai terminé le jeu dimanche et que l’article aurait du paraître ce même jour).

Publicités
Cet article, publié dans Jeux critique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s